liens du 10/02/2016 (VTC/taxis)

Grève de taxis : le conflit expliqué en 10 points : Un bon résumé des points de conflits entre les taxis et VTC, au delà de la qualité de service, la question de la maraude, électronique ou non : « La maraude ne représenterait ainsi que 10% de leur activité… [des taxis] ».

Derrière la grogne des taxis, le système Rousselet : Une enquête qui montre une situation Parisienne est assez singulière, avec une position très dominante et puissante d’un des acteurs, les taxis G7, ce qui n’est pas sans effets pervers, dans une activité très réglementée.

Taxis contre VTC : et si on passait à côté de la vraie question ? Ces nouveaux services ne viendraient pas forcément se substituer à l’activité des taxis, mais répondre à une demande non satisfaite aujourd’hui, créer des nouveaux marchés. « selon la même étude, Heetch ne peut être simplement considéré comme un substitut du taxi : les usagers de Heetch l’utilisent 4,7 fois par mois en moyenne, alors qu’ils utilisaient le taxi en moyenne 1,8 fois par mois avant d’utiliser Heetch. En cumulant les usages actuels de Heetch et du taxi, nous aboutissons à une moyenne de 5,1 déplacements par usager et par mois. La plupart des usages de Heetch viennent donc répondre à une demande qui n’était pas satisfaite par les taxis. »
A noter que Paris connaît une pénurie de taxis, comparativement aux métropoles de taille comparables.

taxis-paris-londres-NYC
(source de l’image : article de l’obs cité plus haut)

Une étude sur l’impact économique des plateformes VTC : « L’application Uber a transfiguré le  secteur  des  véhicules  de  transports  avec chauffeur  (VTC)  en générant  des  gains  de  productivité considérables. En quatre ans, 10000 emplois de chauffeurs affiliés à la plateforme ont été créés en Ile-de-France. Une simplification administrative du marché des VTC pourrait permettre de  créer plus de  100000 emplois sur le territoire français. Le  cas Uber symbolise l’innovation digitale: en bousculant un marché, une plateforme crée de l’emploi, génère des gains de productivité et invite les institutions à se renouveler. »

Une idée de solution ? « Il faudrait réserver la maraude aux VTC et laisser aux taxis les courses les plus rentables » (Y. Crozet, économiste) : en effet, aujourd’hui « On a interdit aux VTC de faire de la maraude, c’est-à-dire prendre des passagers qui lèvent la main au bord du chemin », a expliqué l’économiste. « Cette maraude est réservée aux taxis mais eux ne souhaitent pas le faire parce que souvent ces passagers-là font de petites courses », a-t-il précisé. « Tout le monde est bloqué dans des situations qui ne sont pas souhaitables et c’est pour cela que la crise va durer »

Enfin, une étude sur le portrait des utilisateurs de taxis : Sans trop de surprise, des usagers majoritairement de milieu urbain, actifs et assez aisés. Distance moyenne déclarée : 11km pour 22€. (un résumé plus complet de l’étude est disponible sur demande sur le site)